Le projet Lost Rivers: L’affaire Holly Brook

Commentaire de John Wilson, Lost Rivers Project

Il y a quelques semaines, mon amie Jeanne Doucette m’a envoyé un courrier électronique amusant ayant comme sujet “Holly Brook”. Il comprenait une coupure du Toronto Star du 11 avril 1907 faisant état de la demande de la ville de construire un drain sur la propriété de Phillips Manufacturing Company sur l’Avenue Carlaw. Le drain détournerait un cours d’eau naturel qui coulait près de l’endroit où l’entreprise voulait jeter les bases de son nouveau bâtiment d’usine. Aussi attachée au courrier électronique était une photo composite du visage de Joanne avec un corbeau mort apparemment posé sur ses lèvres.

Maintenant, Joanne Doucette n’a pas besoin de manger du corbeau. Elle est sans doute la principale historienne de Leslieville. Elle a littéralement écrit le livre Pigs, Flowers and Bricks: A History of Leslieville to 1920. Cependant, Joanne et moi avions un désaccord de longue date quant à l’emplacement exact de Holly Brook a.k.a. Heward Creek, l’une des douzaines de « rivières perdues » qui drainent le secteur riverain de l’est de Toronto entre Scarborough Bluffs et la Rivière Don.

Déterminer le(s) cours antérieur(s) des ruisseaux et des rivières que les ingénieurs de la ville ont enterré, détourné ou autrement détruit pour préparer le terrain pour construire notre ville rationnelle et sa structure en grille est le travail autoproclamé d’un regroupement de marcheurs de « Lost River » associé à la société à but non lucratif Toronto Green Community. Le travail implique des recherches itératives, des recherches sur le terrain, des collaborations, des activités de sensibilisation et de la documentation. Lost River est un projet fondé par Helen Mills, reconnaissable en grande partie en raison du site Web lostrivers.ca créé par Peter Hare. Aujourd’hui, le site Web nécessite une mise à jour complète, mais le projet avance en grande partie grâce à la diligence du programme Lost River Walks auquel je contribue. Nous sommes une petite communauté d’activistes et d’universitaires, d’urbanistes et de naturalistes, nous sommes tous historiens géographes d’une certaine façon.

Sur Holly Brook, il existe une cartographie contradictoire. Le ruisseau est le cours d’eau à l’extrémité est le plus proche de la Rivière Don et du centre de Toronto.

Cours d’eau de l’extrémité est de Toronto superposé à Google Maps (pour ouvrir une version interactive dans un nouvel onglet, cliquez sur la carte)

Avec l’urbanisation, il a été complètement rempli assez tôt, vers la fin des années 1800. Les cours inférieurs du ruisseau ont été sévèrement altérés par les opérations de briquetage de John Russell. Les cartes émises par le bureau de l’ingénieur de la ville dans les années 1890 ont montré un cours d’eau qui coule au sud entre Gerrard et la Rue Queen, à l’est de Carlaw, comme indiqué dans cette carte.

Map issued by the City Engineer’s office in 1899
Carte émise par le bureau de l’ingénieur de la ville en 1899

Mais une carte, un plan d’enquête du lot 13 daté de 1884 (mais comprenant des indications internes comme quoi elle est basée sur un sondage réalisé beaucoup plus tôt), détaille le cours d’eau qui coule à l’ouest de Carlaw jusqu’à ce qu’il traverse l’emplacement du bâtiment Philips en 1907 comme discuté dans la coupure du Toronto Star.

Plan d’enquête modifié du lot 13, 1884 (Cliquez sur l’image pour voir le plan complet dans un nouvel onglet)

J’ai passé de nombreuses heures à voyager dans les rues de la ville et à la recherche de panneaux de rivières perdues et de ravins. Mon observation au niveau de la rue du parcours de Holly Brook était simple – quel que fût ce qu’avait dessiné l’ingénieur de la ville sur les cartes des années 1890, l’eau ne coule pas vers le haut!. Pour comprendre l’histoire du bassin hydrographique de Holly Brook, une autre hypothèse est nécessaire, une qui correspond aux données du Plan d’enquête du lot 13.

Pour les amateurs de rivières perdues, ce type d’exploration est plus une passion qu’un passe-temps. Notre banque de données, créée à partir d’explorations et partagée avec des collègues de Lost River Walks, représente des ensembles de données encore sous-documentés dans la mise en couches d’informations géographiques qui se regroupent, par exemple, dans le Don Valley Historical Mapping Project, un partenaire engagé.

Le cours historique de Holly Brook peut sembler uniquement scolaire, mais mon expérience est que ce type d’enquête nous apprend des leçons précieuses sur la construction de notre ville et sur la façon de vivre durablement au sein de notre communauté. Cela nous aide à exprimer des valeurs importantes sur notre place et la place de la nature dans l’environnement urbain du 21e siècle.

Aujourd’hui, les jeunes qui vivent dans des ménages d’un, de deux et parfois plus recolonisent les anciens bâtiments de l’usine sur l’avenue Carlaw. De l’autre côté de l’ancien site de Phillips Manufacturing Company, où Holly Brook a miné les fondations, le bâtiment de lithographie Rolph-Clark-Stone abrite aujourd’hui une nouvelle communauté de condominiums de Leslieville. Combien sont perplexes par les fenêtres profondes du sous-sol qui font face à Carlaw qui regarde au-dessous du niveau du trottoir? Ces fenêtres semblent refléter la condition au moment de la construction lorsque la fondation du bâtiment a été située au-dessous du niveau actuel de la rue, enterrée profondément dans l’ancien lit de Holly Creek.

Ce type d’observation démontre comment Lost Rivers fournit des indices sur la raison pour laquelle la ville a été construite comme elle l’a été. D’autres exemples communs viennent de la grille de la rue. La principale structure rectiligne de Toronto est troublée lorsque les rues sont brisées (la rue Clair par exemple) ou mystérieusement déviées (College par exemple) pour accommoder un croisement de ruisseaux. De même, les rues diagonales hors grilles suivent souvent une hauteur de terrain entre les cours d’eau (comme les rues Vaughan et Danforth). L’ingénierie des lignes ferroviaires a dû tenir compte des formes de relief créées par les cours d’eau. Ces décisions ont des répercussions sur la construction de villes qui fait écho au fil des siècles.

Les effets de Holly Brook ont récemment “fait surface” à nouveau. La Division des transports de Toronto et le TTC planifient un métro « Relief Line » (parfois appelé « Downtown Relief »). La ligne se déroulera au sud de la station Pape à l’avenue Danforth, mais les intervenants de Leslieville débattent sur un choix entre une orientation Pape ou Carlaw pour le tunnel de métro. Pape est une rue résidentielle calme près de Queen, tandis que Carlaw est une artère animée et mixte. Il semble que Carlaw soit un meilleur choix pour le tunnel, sauf pour un problème. Au-dessous de Carlaw, il y a un égout combiné (eaux pluviales et sanitaires) – le reste de Holly Brook enterré qui coule au sud de Playter Estates, passé le parc Withrow, à travers Riverdale. En outre, un égout combiné est-ouest le long de la rue Gerrard détourne la partie des débuts vers l’usine de traitement de la baie d’Ashbridge. Une ligne de métro au-dessous de Pape pourrait être percée au-dessous de ces conduites d’égout, mais le long de Carlaw, ces égouts devraient être reconstruits. Quel est le coût supplémentaire pour la construction au-dessous de Carlaw, où Holly Brook, enterrée, coule dans sa forme dégradée post-industrielle? Environ 300 millions de dollars!

C’est là un point où la recherche de Lost Rivers semble plus qu’uniquement académique et devient plus directement activiste. Toronto ne remplacera pas toutes ses rues dans un futur proche, mais il y a des coûts récurrents dans le traitement de l’eau comme barrière à la croissance plutôt que comme ressource. Si les flux de cours d’eau comme Holly Brook étaient naturellement intégrés dans le tissu urbain, ils pourraient devenir un avantage naturel et social plutôt que de limiter la construction de la ville.

Avec des exemples comme celui-ci, le projet Lost Rivers vise à structurer la cartographie historique, la narration, la collecte d’images d’archives, la documentation sur l’infrastructure de l’eau et la responsabilité personnelle pour contribuer à un dialogue collectif sur la protection de la nature dans la ville (air, eau, terre, autres espèces et les uns les autres) d’une manière qui maintient la vie à travers ce siècle et au-delà.

Cet article est également disponible en : Anglais

Laisser un commentaire