Tous les articles par Byron Moldofsky

Population du Canada dans l’Atlas historique du Canada selon les divisions de recensement 1851-1961: projet pilote en cartographie web

Liens rapides:
Carte web de démonstration utilisant un logiciel libre (Mapbox, JQueryUI):
Historical Atlas of Canada Online Learning Project (HACOLP) :Croissance démographique, densité et répartition – par division de recensement, 1851 à 1961
http://mercator.geog.utoronto.ca/georia/mapbox-hacolp
Carte web de démonstration utilisant ArcGIS Online:
HACOLP : Densité de population par division de recensement, 1851-1961, applications sensibles au temps (3 versions)
HACOLP : Croissance de la population par division de recensement 1851-1961 applications sensibles au temps
http://hgisportal.esri.ca/portal/apps/MapAndAppGallery/index.html?appid=f7e6329dd6b3494b9b689e1750cf6781

Pour des documents détaillés sur le développement des projets pilotes, voir les liens à la fin de cet article.

TL’Atlas historique du Canada est un projet de recherche et de publication en trois volumes, terminé en 1993, qui utilise des cartes, du texte et d’autres documents graphiques pour explorer des thèmes de l’histoire du Canada. Une sélection de planches thématiques de l’Atlas a été publiée en ligne en 2008 à l’aide de la technologie ArcIMS d’Esri, dans le cadre du Historical Atlas of Canada Online Learning Project (HACOLP). Pour plus d’informations sur ce projet, voir: http://www.historicalatlas.ca/website/hacolp/about.htm

L’un des principaux thèmes abordés dans l’Atlas a été l’évolution rapide de la population à travers le pays au cours du siècle précédent 1961, année qui marque la fin de la période couverte dans l’Atlas. Un certain nombre de mesures démographiques ont été utilisées pour différentes cartes, périodes et sous-régions, mais quand le HACOLP a été mis en place, il a été décidé de créer un chapitre intitulé Summary of Population Growth, 1851-1961 qui permettrait aux utilisateurs de voir comment le changement s’est produit pendant toute cette période, mettant en relation trois représentations cartographiques différentes.

Le site web original présentait trois cartes interactives de la population par division de recensement, utilisant trois méthodes de symbolisation différentes: densité de population (choroplèthe), croissance démographique (cercles gradués) et répartition de la population (densité de points) pour onze recensements canadiens, 1851 à 1961. Ces cartes utilisaient la technologie ArcIMS et une légende JavaScript personnalisée utilisant des cases à cocher pour afficher ou masquer chaque année.

Le but de ce projet pilote était de créer de nouvelles cartes web pour rajeunir et améliorer les cartes originales, en performance et en visualisation. À l’aide des données fournies par HACOLP, les cartes ont été reproduites pour ce projet pilote tout en étant mises à jour selon les normes actuelles de cartographie web et en mettant en place un curseur de temps pour visualiser chaque période de recensement afin de remplacer les cases à cocher. Ce projet était également approprié pour explorer la capacité du logiciel de cartographie web selon sa flexibilité de conception des légendes et pour les projections cartographiques autres que le Web Mercator standard.

Comme prévu pour ce projet, nous avons conçu et produit deux versions différentes pour chacun de ces thèmes : l’une utilisant la plateforme ArcGIS Online et l’autre utilisant un logiciel libre et des outils de service web, dans ce cas, nous avons utilisé principalement les bibliothèques Mapbox et JQueryUl javascript.

Les VERSIONS EN LIGNE d’ArcGIS se trouvent sur le portail de développement Geohistory-Géohistoire Canada (techniquement un portail ArcGIS Entreprise) hébergé en ligne par nos partenaires d’Esri Canada à HACOLP Population Apps Gallery. Pour voir le contenu d’un autre portail, allez à: http://hgisportal.esri.ca/portal/home. La « Galerie » contient 4 applications : une pour la croissance démographique (cercles gradués) et trois versions de la densité de la population (choroplèthe) – une avec une projection Web Mercator, une autre avec une projection Lambert Conic Conformal et la troisième utilisant une configuration qui génère des cartes en mosaïque à la volée – à des fins de comparaison des performances. Nous avons également créé une version de l’application pour tester la procédure   Optimize Layers », disponible dans ArcGIS Online, mais pas dans l’environnement du portail. Ces méthodes comparatives sont expliquées dans le document de développement détaillé ArcGIS Online (voir le lien ci-dessous) – vous pouvez les visualiser pour comparer leur performance pour vous-même. La version Lambert met en évidence la capacité de projections alternatives dans ArGIS Online, qui sont plutôt faciles à réaliser. D’un autre côté, la cartographie par densité de points n’était pas facile à réaliser en utilisant les outils disponibles.

ArcGIS Portal Population Density Map using Lambert Projection
Carte de densité de la population du portail ArcGIS utilisant la projection Lambert. 

Les version Mapbox des cartes HACOLP sont hébergées sur un serveur du département de géographie de l’Université de Toronto. Nous avons été en mesure de générer des cartes pour les trois types de représentations en utilisant Mapbox. Toutefois, il ne prend pas en charge les projections autres que le Web Mercator. Les cartes ont été placées dans une seule page d’accueil affichant des images de chaque carte avec des liens vers les cartes interactives. Elles peuvent être trouvées ici : http://mercator.geog.utoronto.ca/georia/mapbox-hacolp.

Mapbox est une plateforme de cartographie en ligne et libre (open source) pour la conception de cartes personnalisées. Les cartes sont créées à partir de mosaïques d’images vectorielles et ont développé ce format, « [traduction] une approche avancée de la cartographie où les données sont livrées à l’appareil et précisément rendues en temps réel » (www.mapbox.com/maps). Les mosaïques vectorielles fournissent une version vectorielle de la technologie de pavage d’images que Google a utilisé pour révolutionner les performances de cartographie web. Esri et d’autres leaders de l’industrie utilisent maintenant des tuiles vectorielles pour leur cartographie de base.

Mapbox fournit un certain nombre d’outils faciles à utiliser pour la gestion des cartes et des données en ligne ainsi que pour la composition des cartes, comme ArcGIS online. Cependant, il s’agit toujours d’un environnement de développement libre, offrant une personnalisation grâce à un certain nombre d’outils de développement (SDKs et APIs) qui sont résumés en ligne ici :  https://www.mapbox.com/developers/.  Pour les nouveaux utilisateurs de Mapbox, notre document de développement sur logiciel libre est disponible ci-dessous. Il fournit un « [traduction] aperçu du flux de travail dans Mapbox » (pages 3-4) que nous avons utilisé pour créer les cartes web du projet pilote.

L’un des domaines où Mapbox est très flexible est la composition de la légende. Contrairement à ArcGIS, où les légendes sont faciles à inclure, mais plutôt inflexibles, Mapbox vous laisse le contrôle. Par conséquent, nous avons entrepris le défi de créer du code pour générer une légende basée sur le même tableau configuré pour la classification des données cartographiques.

Choropleth legend array as coded in Mapbox
Légende choroplèthe codée dans Mapbox

Par exemple, lorsqu’un tableau de couleurs est défini pour les classes choroplèthes, une légende est générée automatiquement qui hérite du jeu de symboles. Ceci est détaillé dans le document de développement avec logiciel libre sous « Data driven styling and automated legend creation », p. 12-15 et un gabarit est fourni sur GitHub.

Pour les versions d’ArcGIS Online et de Mapbox, nous avons constaté que les améliorations de la vitesse d’affichage n’étaient pas aussi bonnes que nous l’espérions. Les polygones des divisions des recensements et les lignes sont complexes, même lorsqu’ils sont généralisés et optimisés pour le déploiement sur le web, et leur diffusion est plus lente que ce que l’on pourrait souhaiter. Nous avons expérimenté diverses solutions suggérées pour cela, dans les deux suites logicielles, mais nous n’avons rencontré que des améliorations modérées. Si vous avez des commentaires ou des suggestions à propos de ces questions, ou de tout autre aspect de conception des projets pilotes, n’hésitez pas à publier vos commentaires ci-dessous ou à contacter l’auteur à byron.moldofsky@gmail.com.

Pour plus d’informations sur le travail effectué sur ces projets pilotes de cartographie web, nous avons rendu disponibles nos documents de développement via les liens ci-dessous. Aussi, pour le logiciel libre, nous avons posté le code utilisé et quelques exemples de « modèles » sur GitHub.

LIENS VERS LA DOCUMENTATION

Cartes HACOLP de la « population par division de recensement », Document de développement avec logiciel libre (open-source)

Cartes HACOLP de la « population par division de recensement » Document de développement avec ArcGIS Online

Pour le code pour le site de cartographie libre, voir :  HACOLP Github Open Source Repository

Projet pilote de cartographie web des marchands de Montréal vers 1880

Liens rapides:
Carte web de démonstration utilisant un logiciel à code ouvert (Carto.com):
Annuaires Lovell de Montréal 1880-81 carte de base
https://canadian-hgis.carto.com/builder/70212344-415a-11e7-9fef-0e3ff518bd15/embed 
Carte finale des marchés et des maisons des marchands de Montréal – avec widget
https://canadian-hgis.carto.com/builder/a20b5b37-52ed-417b-b6fa-f73d618d6fcd/embed
Cartes web de démonstration ArcGIS Online:
Annuaire Lovell de Montréal en 1880 application web de base : Couches d’origine et carte de base ArcGIS.
Marchés et maisons des marchands de Montréal vers 1880 avec filtres
http://hgisportal.esri.ca/portal/apps/MapAndAppGallery/index.html?appid=f081eb9a363c46caa37c77d132def423

Pour des documents détaillés sur le développement des projets pilotes, voir les liens à la fin de cet article.

Montréal, l’avenir du passé (MAP) est un projet qui a marqué l’histoire canadienne des SIG historiques canadiens. Les professeurs Sherry Olson, Robert Sweeny et leurs collaborateurs de l’Université McGill ont recensé, cartographié et analysé plusieurs ensembles de données fondamentales pour comprendre le contexte de l’histoire urbaine de Montréal au XIXe siècle : le tissu urbain incluant les types de bâtiments tirés des cartes historiques de 1825, 1846 et 1880, les données démographiques d’un certain nombre de recensements, des informations à propos des résidents et des entreprises provenant d’annuaires. Leur site web, basé à l’Université Memorial, explique en détail ces données et les diverses applications mises à disposition des chercheurs et des étudiants. (http://www.mun.ca/mapm/)

Cependant, dans le cadre de la discussion ouverte à notre réunion du projet Geohistory/Géohistoire en août 2016, notre collaborateur Robert Sweeny a exprimé sa déception (si je peux paraphraser) de ce qu’on pourrait appeler la promesse ratée de la cartographie en ligne. La cartographie interactive et les outils SIG ne devraient pas limiter les utilisateurs aux résultats de recherches préalablement orientées, comme les cartes imprimées ont pu le faire. Ces outils devraient permettre une exploration active des données SIG historiques, comme poser des questions nouvelles ou imprévues, établir des relations spatiales nouvelles ou imprévues, en bref, permettre à l’utilisateur d’utiliser des outils SIG pour explorer et analyser des données dans un environnement en ligne.

De nombreuses voix dans le public se sont levées pour assurer Robert que les applications et outils SIG en ligne étaient en cours de développement à ce moment-là et qu’elles permettraient bientôt le type d’enquête qu’il prévoyait et attendait. Comme prévu, ces outils ont émergé au cours des deux dernières années, à la fois dans la communauté utilisant les logiciels libres (open source) et dans le monde d’ArcGIS Online. Robert était peut-être un peu sceptique, mais il restait prêt à être convaincu. Ainsi, lors de la recherche de projets pilotes de cartographie web pour notre partenariat à la fin 2016, nous lui avons posé une question : trouverait-il un scénario pour prouver que les outils SIG en ligne avaient atteint leur maturité? Que les élèves de sa classe, qui avaient toujours eu besoin de logiciels SIG complets, pouvaient maintenant utiliser un navigateur web?

WRobert a répondu avec un « [traduction] scénario pour les marchés basé sur l’application QGIS de MAP créée à partir des annuaires Lovell » qui figure en annexe 1 dans les documents de développement disponibles via les liens ci-dessous. Pour citer une section pertinente :
« [traduction] comme dans de nombreuses régions du monde, les Montréalais du 19e siècle achetaient la majeure partie de leur nourriture dans les marchés… D’ouest en est, Saint-Gabriel, Saint-Antoine, Sainte-Anne, Saint-Laurent, Saint James et Papineau avaient leur propre marché, alors que le Marché Bonsecours, sur la rue Saint-Paul, servait de marché principal. Dans les annuaires Lovell, il était fréquent que les personnes qui louaient des étalages sur les marchés de détails indiquent également leur adresse domiciliaire. Dans cet exercice, nous comparerons cette information résidentielle avec d’autres variables pour évaluer le caractère de ces différents marchés. »

Les « autres variables » du scénario Robert sont les professions. Il a décrit une méthode utilisant QGIS pour établir des liens entre les lieux de travail des marchands et leurs emplacements résidentiels (ainsi que ceux qui pourraient être déterminés). Il a ensuite suggéré que le type d’occupation pourrait illustrer différentes tendances par rapport au type d’habitation ou à la distance entre le marché et le domicile des marchands. Identifier ces emplacements et dessiner les lignes de liaison entre eux ouvre de nombreuses possibilités d’analyse.

C’est ce que nous avons tenté de faire, en utilisant d’abord Carto, un logiciel libre et gratuit (open source), puis en utilisant ArcGIS Online. Les cartes finales qui illustrent l’emplacement des maisons et des lieux de travail des marchands se ressemblent beaucoup (comme on pourrait l’espérer!). Les vues par défaut sont illustrées ci-dessous : la carte Carto montrant toutes les catégories professionnelles, la carte ArcGIS Online montrant les symboles et les lignes pour les bouchers seulement.

Carto user view showing ALL vendors and connections

Vue utilisateur Carto montrant TOUS les marchands et toutes les liaisons

ArcGIS Online App filtered to show points and connections only for "Butchers"

Application ArcGIS Online filtrée pour afficher les points et les liaisons pour les bouchers.

Remarque: Contrairement à nos autres projets pilotes, qui mettent l’accent sur la fonctionnalité et la personnalisation du codage pour la conception et la présentation des cartes, ce projet vise avant tout à permettre à l’utilisateur d’analyser et d’explorer les données de manière interactive. Par conséquent, plutôt qu’une présentation du code requis pour produire une carte web finale, notre documentation détaillée consiste en un processus étape par étape pour utiliser les derniers outils en ligne de Carto.com et d’ArcGIS Online (à la mi-2017) pour atteindre les objectifs de l’exercice.

Il y a des similitudes et des différences dans la façon dont les deux ensembles d’outils traitent les opérations et les produits finaux sont certainement distincts. Cependant, il y a plus de similitudes que de différences – ce qui suscite un débat intriguant entre beaucoup de personnes faisant de la cartographie web : qui suit qui? Nous n’avons pas l’espace pour explorer cette question ici, mais n’hésitez pas à publier vos propres commentaires ci-dessous.

Certaines des similitudes sont superficielles. Par exemple, les outils pour réaliser ces produits sont des ajouts assez récents à leurs boîtes à outils en ligne. Les deux suites de logiciels les rassemblent dans ce qu’ils appellent tous les deux des outils « d’analyse ». Leurs interfaces d’édition sont similaires, comme illustrées ci-dessous. Carto utilise un outil « Analysis » de Carto Builder appelé « Connect with Lines », pour créer des liens entre les points. ArcGIS Online utilise un outils « Analysis » nommé « Connect Origins and Destinations » pour obtenir un résultat similaire. Cependant l’outils AGOL est en fait construit pour faire l’analyse de réseau et des itinéraires, et a des applications potentielles beaucoup plus sophistiquées, alors que l’outil Carto se limite à faire des liens en ligne droite entre des points.Table Connect with lines AGOL and Carto

Malgré les limites relatives de l’outil Carto, il permet d’atteindre les objectifs de ce projet. De plus, sa simplicité le rend plus facile à utiliser et plus tolérant face au manque de données que l’outil AGOL. Par exemple, l’ensemble de données issu de l’annuaire Lovell de Montréal s’est avéré avoir plus de lieux de travail que de lieux d’habitations – tous les lieux de marchés n’avaient pas toujours de lieux d’habitation correspondants. De plus, certains lieux de travail avaient beaucoup plus d’un emplacement « habitation » associé à eux. L’outil Carto a passé outre ces divergences et a dessiné des lignes entre tous les points correspondants sans aucun problème. L’outil AGOL, d’un autre côté, a affiché les messages d’erreurs suivants :

AGOL O-D error message table

Messages d’erreur ArcGIS Online pour Origins-Destination

Donc, pour que l’outil AGOL Origin-Destination fonctionne pour nos objectifs, il a fallu effectuer une manipulation importante des données – tout cela est décrit dans la documentation détaillée pour ceux qui sont intéressés.

Cela ne veut pas dire que l’inconscience des écarts de données est toujours une vertu. Le dépannage des problèmes de données pour l’outil AGOL a fourni une bien meilleure compréhension des points de lieux de travail qui se connectaient réellement aux points d’habitation. Au contraire, il s’agit simplement de dire que, comme d’habitude, il faut s’assurer que pour toute tâche analytique, le bon outil pour le travail est identifié et utilisé.

À mon avis, AGOL et Carto offrent tous deux des outils interactifs en ligne qui permettent de cartographier des données. Ils ont du moins été suffisants pour réaliser le scénario que Robert Sweeny avait souhaité pour ses étudiants et d’autres utilisateurs du projet de Montréal, l’avenir du passé. Cependant, la question demeure : est-ce un environnement efficace pour faire ce genre de travail? Les SIG et autres fournisseurs de logiciels mettent de plus en plus de fonctionnalité dans un « logiciel de service » basé sur un navigateur, livré en ligne. Les avantages sont évidents : tout appareil de navigation peut accéder à ces outils SIG, rien ne doit être installé localement, ce qui se traduit par un accès beaucoup plus large pour les utilisateurs. Les inconvénients : limitations dans les outils de traitement, limitation dans la conception de l’interface et des symboles et limitation du nombre de vues autorisées sans payer de frais. La question de savoir ce qui convient le mieux à un groupe d’étudiants ou à d’autres utilisateurs nécessite un équilibre entre ces limitations.

N’hésitez pas à écrire vos commentaires sur ces projets pilotes en utilisant l’espace ci-dessous.

Pour plus d’informations sur le travail effectué sur ces projets pilotes de cartes web, nous avons rendu disponibles nos documents de développement technique via les liens ci-dessous.

LIENS VERS LA DOCUMENTATION

Les marchands de Montréal vers 1880: document de développement avec un logiciel libre (open source)

Les marchands de Montréal vers 1880: document de développement avec ArcGIS Online

Projet pilote en cartographie Web de Lost Rivers à Toronto

Liens rapides:
Cartes web de démonstration Open Source (utilisant Leaflet, JQueryUI):
Rivières perdues de Toronto – Rivières en voie de disparition – Chronologie
Visite à pied de la région de baie d’Ashbridge de Lost Rivers (3 excursions)
http://mercator.geog.utoronto.ca/georia/lostrivers/
Cartes web de démonstration sur ArcGIS Online:
Rivières perdues de Toronto – Rivières en voie de disparition – Application de ligne du temps (2 versions)
SIGH Lost Rivers – Carte de l’histoire d’Ashbridges Bay (McMurrich 1882)
http://hgisportal.esri.ca/portal/apps/MapAndAppGallery/index.html?appid=3272511933fa41498201836717b41a27

Pour des documents détaillés sur le développement de projets pilotes, voir les liens à la fin de cet article.

Le projet Lost Rivers Walks (http://lostrivers.ca/) invite les gens à faire des visites guidées à pied autour de la ville de Toronto  « [traduction]… pour créer une appréciation de la connexion intime de la ville à son réseau hydrographique en retraçant les cours d’eau oubliés, en découvrant notre patrimoine naturel et bâti et en partageant cette information avec les autres ». Ils sont l’un des partenaires communautaires de Geohistory-Géohistoire Canada. Pendant de nombreuses années, ils ont dépouillé différentes sources historiques (archives cartographiques et autres), passé des entrevues avec des résidents de longue date et relevé les particularités topographiques de la ville en effectuant des visites sur le terrain pour dessiner la carte du système de drainage de Toronto comme il devait être avant que le processus de construction de la ville en ait enfuie une grande partie sous terre.

Avec Helen Mills et John Wilson représentant le projet Lost Rivers, nous avons décidé de créer des cartes web pour ce projet pilote à propos de deux thèmes différents:
1. Les rivières disparues de Toronto:  Une carte de la ville de Toronto montrant le réseau de cours d’eau original de la ville et comment ces cours d’eau ont disparu au fil du temps, ayant été enterrés à des fins de développement.
2. Rivières perdues, promenades dans la baie d’AshbridgeUne série de cartes interactives illustrant de façon dynamique les étapes de trois des marches offertes par Lost Rivers dans le secteur riverain à l’est de Toronto. Ces cartes, créées sous forme de circuits, relient les emplacements des arrêts et comprennent des photos et des textes explicatifs.
Des liens vers toutes les cartes sont inclus ci-dessous.

Comme prévu pour ce projet, nous avons conçu et produit deux versions différentes pour chacun de ces thèmes : l’une utilisant la plateforme ArcGIS Online et l’autre utilisant des logiciels libres (open source) et des outils de service web, dans ce cas nous avons principalement utilisé les bibliothèques JavaScript Leaflet et JQueryUI.

Les VERSIONS EN LIGNE d’ArcGIS se trouvent sur le Portail de développement de Geohistory-Geohistoire Canada (techniquement un portail ArcGIS Entreprise) hébergé en ligne par nos partenaires d’Esri Canada ici : Lost Rivers of Toronto Apps Gallery. Pour voir le contenu d’un autre portail, allez à: http://hgisportal.esri.ca/portal. La « Galerie » contient 3 applications. C’est parce qu’il y a deux versions de l’application Les rivières disparues de Toronto. L’une est hébergée sur le portail lui-même. Elle est conçue avec une ligne du temps « standard » pour faire disparaître les rivières au fil du temps. Cette ligne du temps ressemble à ceci :
ArcGIS_standard_timeline
Cette version de l’application a été créée à l’aide d’ArcGIS Online Web AppBuilder, un outil très convivial qui permet aux auteurs de cartes web de glisser et déposer des composants d’interface utilisateur, comme ce widget « Time Slider », dans leur application web. Le widget peut même, de façon limitée, être configuré spécifiquement pour sa carte et ses données. Par exemple, il est possible de modifier l’icône utilisée pour l’outil et afficher ou non les couches spécifiques au temps au-dessus.
Pour plus d’informations sur l’application Web App Builder voir: http://doc.arcgis.com/en/web-appbuilder/

Cependant, il est impossible d’effectuer des personnalisations plus sophistiquées souhaitées, voire nécessaires. Par exemple, le curseur a deux « poignées » définies à 1830 et 1840 dans l’image ci-dessus. Chacun peut glisser indépendamment vers l’avant ou vers l’arrière le long de la ligne du temps afin de sélectionner une plage de données. Cette conception est très appropriée pour certaines applications. Cependant, lorsque le but est d’illustrer un instantané de l’environnement à un moment donné – comme notre carte des « Rivières disparues » – cela peut être déroutant et la carte résultante peut être floue. Une conception de curseur offrant une seule poignée à l’utilisateur, identifiant un seul point dans le temps, comme l’image ci-dessous, simplifie et clarifie l’interface.
ArcGIS_custom_timeline

Cette personnalisation a été rendue possible uniquement en hébergeant l’application sur un serveur indépendant (pas sur ArcGIS Online lui-même ou le portail Geohistoire) et en utilisant l’édition développeur du Web AppBuilder pour ArcGIS (https://developers.arcgis.com/web-appbuilder/). Il s’agit d’un processus plutôt compliqué nécessitant l’installation de l’application de développement sur un ordinateur local, l’enregistrement de l’application sur le portail Geohistoire pour incorporer des cartes web basées sur un portail, le développement et les tests de l’application sur l’ordinateur local, déployer l’application sur le serveur indépendant, puis enregistrer l’application finale sur le portail Geohistoire afin qu’il y soit accessible.

Les versions du logiciel libre (Open Source) des cartes de Lost Rivers  sont hébergées sur un serveur du département de géographie de l’Université de Toronto. Les cartes sont incorporées dans une seule page web avec un menu comportant les liens vers les cartes des rivières disparues et chacune des marches de la région d’Ashbridge. Elles peuvent être trouvées ici: http://mercator.geog.utoronto.ca/georia/lostrivers

Contrairement au curseur de la ligne du temps de ArcGIS, la ligne du temps utilisée pour la carte des Rivières disparues fait partie d’un ensemble d’outils génériques JQueryUI adaptés aux besoins spécifiques et au calendrier de notre carte (http://jqueryui.com/slider/). La version à laquelle nous sommes arrivés ressemble à ceci :
JQueryUI_custom_timeline_lostrivers

Travailler avec des outils JavaScript génériques a des avantages et des inconvénients. Les avantages ont à voir avec la transparence du codage lié à la conception. La documentation de l’API JQueryUI est complète et les techniques utilisent un codage JavaScript et CSS assez basique. Nous avons pu adapter l’outil et en modifier le graphisme sans trop de problèmes. Les widget ArcGIS web AppBuilder, bien qu’ils soient entièrement disponibles pour la personnalisation, utilisent un cadre de conception plus complexe et la boîte à outils Dojo (https://dojotoolkit.org/). Ils ne sont donc pas aussi accessibles aux programmeurs moins experts. De plus, comme décrit ci-dessus, le système dans lequel les modèles ArcGIS sont intégrés et le flux de travail requis est plutôt compliqué. Par rapport à la personnalisation de l’application ArcGIS Web AppBuilder, le flux de travail impliqué dans le développement du site basé sur Leaflet était extrêmement simple. Les documents peuvent être écrits et testés sur des disques locaux et téléchargés sur un serveur Web une fois complétés.

L’inconvénient de travailler dans un environnement générique plus simple est une réduction des fonctionnalités, ce que l’on pourrait appeler l’intelligence native de l’application. Dans ce contexte, en utilisant GeoJSON pour la superposition des rivières, il n’y a pas de concept de données « sensible au temps ». Les données des lignes sont affichées sur la base d’une requête simple de la valeur du champ entier, dans ce cas l’ « année de la dernière vue sur la carte ». Cela a bien fonctionné pour nos données d’attributs basées sur l’année, mais toute requête plus sophistiquée basée sur la chronologie, ou utilisant une variété de formats de temps, pourrait être très problématique au niveau du code ou être plus compliquée à intégrer dans l’interface.

Il n’y a pas assez d’espace ici pour parler de la production du projet de cartes web promenades de Lost Rivers dans la baie d’Ashbridge, mais un processus semblable s’est produit avec ArcGIS Online et le développement, en parallèle, avec un logiciel libre (open source). Pour des informations plus détaillées sur le travail effectué sur ces cartes web de projets pilotes, nous avons monté des documents de développement technique sur ce site. Ils sont disponibles en suivant les liens ci-dessous. Aussi, pour le codage à code ouvert, nous avons posté le code utilisé et quelques exemples sur GitHub. Pour d’autres questions sur les projets, n’hésitez pas à publier des commentaires et à discuter ci-dessous, ou à contacter l’auteur à byron.moldofsky@gmail.com.

LIENS VERS LA DOCUMENTATION

Document de développement de code ouvert des cartes des « Rivières disparues » de Toronto, projet Lost Rivers.

Document de développement avec ArcGIS Online des cartes des « Rivières disparues » de Toronto, projet Lost Rivers.

Document de développement de code ouvert des cartes des « Promenades dans la baie d’Ashbridges » de Toronto, projet Lost Rivers.

Document de développement avec ArcGIS Online des cartes des « Promenades dans la baie d’Ashbridges » de Toronto, projet Lost Rivers.

Pour le code ouvert du site, voir: Lost Rivers Toronto Github Open-Source Repository

banner image

À qui le “Ruban de verdure”? SIGH et les récits de la vallée de la rivière Edmonton et du système des ravines

Par Mo Engel, Shannon Stunden Bower, Andrew Tappenden, et William Van Arragon

Publié sur le site niche-canada.org

Nos collègues et amis de NICHE (Network in Canadian History & Environment) et The Otter/La Loutre viennent de publier un article intéressant sur un projet historique SIG basé à l’Université de l’Alberta. Ils l’ont généreusement offert pour l’afficher également ici. Les partenaires du projet partagent plusieurs des mêmes objectifs que nos efforts de Geohistory/Géohistoire et nous espérons travailler de plus près avec eux dans le futur.

Une partie de l’article se lit comme suit:

« L’objectif principal de notre projet est de comprendre les antécédents complexes et conflictuels de la vallée de la rivière Edmonton. Nous travaillons à cet objectif de plusieurs façons. Un effort majeur est axé sur la production d’un atlas numérique mettant en évidence les histoires moins connues de la vallée de la rivière Edmonton. Conçu comme un travail d’histoire publique et animé en partie par l’utilisation de Systèmes d’information géographique (SIG), l’atlas s’adresse au grand public. Au cours des dernières années, les participants au projet ont travaillé à développer une plate-forme conçue spécialement pour afficher des documents historiques (photos, documents, films, cartes, etc.) dans des récits spatiaux. La collaboration des informaticiens, des spécialistes en humanité numérique et des historiens a permis de produire des logiciels destinés à fournir un moyen plus satisfaisant de formuler des hypothèses sur la signification de processus spatiaux et historiques particuliers. Une fois fonctionnel, le logiciel sera diffusé dans un format open source. Cela permettra à des non-experts de déployer des outils SIG avancés au service de la recherche et de la diffusion communautaire. »

Demonstrating one of the capacities of our digital atlas, this clip integrates an 1882 Map of Edmonton as a tile layer with varying opacity over the current (2017) OpenStreetMap data. The annotated regions highlight 1882 state-sanctioned land ownership and are displayed in juxtaposition to the current land usage. All materials are in the public domain.
En démontrant ici l’une des utilités de notre atlas numérique, ce clip intègre une carte d’Edmonton de 1882 dans une couche avec une opacité variable par rapport aux données d’OpenStreetMap actuelles (2017). Les régions annotées mettent l’accent sur la propriété foncière sanctionnée par l’état en 1882 et son affichées en juxtaposition à l’utilisation actuelle des terres. Tous les matériaux sont du domaine public.

Vous pouvez lire l’article en entier ici (Anglais)

Mise à jour sur le site pilote de cartographie web en SIG historiques

En juin dernier, lors de notre conférence de mi-mandat, nous avons présenté les résultats préliminaires de notre recherche sur les méthodes de géovisualisation des SIG historiques au Canada. Plusieurs présentations présentées cette journée-là sont disponibles sur ce cite Web, via le document de programme avec les liens intégrés disponible ici. (faites défiler jusqu’à la mise à jour du livre blanc : SIGH Géovisualisation (Byron Moldofsky)). Depuis ce temps, nous avons travaillé sur des révisions à la revue de cette recherche et nous avons également décidé de remplacer le titre de « livre blanc » par « document de travail », reflétant ainsi le caractère exploratoire de certaines recherches et la nature spéculative des résultats. Le document de travail complet est maintenant disponible via ce lien.

Le document peut paraître long, mais n’oubliez pas que les deux tiers du texte sont une reproduction du questionnaire en ligne que nous avons distribué (annexe 3 : Enquête sur les besoins des usagers en cartographie historique au Canada) et la présentation détaillée de certains résultats de cette enquête (Partie 4 : Résultats de l’Enquête sur les besoins des usagers en cartographie historique au Canada). Beaucoup d’entre vous ont répondu à ce sondage en ligne, vous pourriez être intéressés par ce que vos pairs ont dit, dans l’ensemble et dans les commentaires sélectionnés. Merci encore d’avoir partagé vos expériences et vos idées.

 

La section “Résultats…” est le principal ajout à ce qui a été présenté en juin dernier avec une partie plus développée : « Partie 5 : prochaines étapes : Développer les principes de pratique et les activités de cartographie Web en SIGH au Canada et planifier leur mise en œuvre par le biais du site Web pilote du Partenariat. » (p.45-48). Dans cette section, nous proposons des principes de pratique afin de développer notre projet collaboratif en ressources de cartographie Web. J’aimerais les mettre en évidence ici :

  1. Encourager la préservation à long terme et le partage des données et des cartes
  2. Encourager la visualisation à la fois pour la présentation, l’exploitation et l’analyse des données
  3. Encourager la transparence du processus de cartographie Web grâce à de bonnes métadonnées et à la documentation
  4. Encourager plusieurs plateformes à la fois techniques (OS, navigateurs) et de cartographie (y compris les technologies propriétaires et FOSS4G)
  5. Travailler en collaboration pour éviter le travail en double et la concurrence entre les collaborateurs actuels et les partenaires potentiels.

Ces principes sont issus de mon interprétation des réponses à l’Enquête sur les besoins des utilisateurs et la discussion entre les membres du projet lors des réunions, y compris la réunion de mi-parcours en juin dernier. J’aimerais beaucoup recueillir la réaction des utilisateurs potentiels et des collaborateurs. Vous êtes donc invités à répondre par courrier électronique ou dans la section commentaires ci-dessous.

Les principes, cependant, ne sont pas d’une grande utilité sans un plan pour les mettre en œuvre. Le document de travail propose une approche tripartite pour appuyer les objectifs de cartographie Web du projet SIGH :

(Proposé) activités pour le développement du site pilote de cartographie web du Partenariat canadien SIGH :

  1. Cadre d’évaluation analytique : ensemble de questions à examiner et à évaluer pour décider de l’approche et de la technologie de la cartographie web historique.
  2. Profils technologiques de cartographie web historique : comparaison descriptive standardisée de technologies incluant des comptes rendus
  3. Exemples comparatifs d’approches de cartographie web : exemples de projets de cartographie web historique utilisant les mêmes données et citant les mêmes objectifs, mais utilisant des technologies différentes.

Ces trois approches sont exposées en détail dans la dernière partie du document de travail (partie 5, p.45-48) avec des résultats tangibles proposés pour chacun d’eux. Si vous avez le temps, jetez un coup d’œil à cette dernière section qui décrit les activités de ce projet pilote et vous propose des exemples de données et faites-moi savoir si vous avez des préoccupations ou des suggestions dans la section Commentaires ci-dessous, ou par courriel personnel.

Comme nous le savons tous, ces activités peuvent demander beaucoup de temps et de ressources. Nous sommes parvenus à un consensus selon lequel la priorité devait être accordée, du point de vue de la cartographie web, au point 3 (Exemples comparatifs d’approches de cartographie Web) sans toutefois négliger complètement les deux autres activités. Au cours des derniers mois du projet, nous travaillerons à créer des exemples de projets en ligne pour plusieurs ensembles de données proposées dans le document. Nous avons déjà commencé et nous avons engagé certains de nos partenaires et collaborateurs pour obtenir des données et de l’assistance technique. Nous allons essayer de fournir un ou deux rapports d’avancement via ces billets dans la section Nouvelles dès que nous aurons une cartographe web soignée à vous présenter.

Points saillants de la conférence de mi-parcours du 20 juin 2016

Le 20 juin, à mi-chemin de notre mandat de deux ans, nous avons accueilli la Conférence de mi-parcours du projet. Les gens intéressés de partout au pays ont été invités à assister en personne à l’Université de Toronto ou écouter en ligne par le moyen d’une visioconférence. Le programme de la conférence, avec des liens intégrés à un grand nombre de présentations des conférenciers, peut être trouvé ici.

Les collaborateurs du projet ont fait un compte-rendu des progrès réalisés à ce jour sur les livres blancs prévus et sur la façon dont nous avons fait progresser les objectifs du projet. Plus d’informations à propos des livres blancs, des versions terminées ou des extraits publiés seront  bientôt affichées. Plusieurs diapositives des présentations sont en ligne et sont disponibles via le programme de la conférence. Vous êtes invités à faire part de vos commentaires aux auteurs par courriel.

On a également invité des conférenciers faisant partie d’autres initiatives en SIG et en cartographie web à apporter leurs propres perspectives uniques au groupe. Pour ceux d’entre vous qui ne pouvaient pas être là, voici quelques-uns des points saillants.

Amber Leahey (Scholar’s Geoportal): Amber nous a donné un aperçu du Scholar’s Geoportal, un portail de données SIG et un moteur de recherche géré par le Consortium des bibliothèques universitaires de l’Ontario et hébergé par la Bibliothèque de l’Université de Toronto. Leur expérience en matière de stockage et de mise en relation de jeux de données géographiques de grande envergure et le processus d’amélioration des aspects de découverte, d’extraction et de prévisualisation des données de ce site peuvent fournir à notre projet une aide importante dans l’organisation et la conception de notre propre portail pilote de données SIG historiques au cours de la prochaine année. Les diapositives de la présentation d’Amber peuvent être consultées en suivant ce lien.

Iain Greensmith and Jonathan Van Dusen (Esri Canada): Esri a été un partenaire enthousiaste et un collaborateur dans ce projet et Iain a décrit quelques-unes des possibilités de leur installation de portails de données en SIG qui ont été mis en place pour l’expérimentation par des collaborateurs. Il a de nouveau affirmé les capacités des options du portail d’Esri de relier les données stockées à distance, ainsi que dans Esri Online, et de les rendre accessibles même à ceux qui ne possèdent pas la licence Esri, sous certaines configurations. Il a souligné la possibilité de personnaliser l’interface du portail et a abordé les possibilités de géovisualisation de leur logiciel. Celles-ci ont été étudiées plus en détail dans une session de l’après-midi avec Jonathan qui a passé en revue les forces d’Arcgis Online et de StoryMaps ainsi que les options pour la cartographie web personnalisée. Les diapositives de la présentation de Iain peuvent être consultées en suivant ce lien. Celles de Jonathan peuvent être consultées en suivant ce lien.

 

Caitlin Blundell (Geoalliance Canada): Caitlin est directrice des communications chez GeoAlliance Canada. GeoAlliance repose sur la fondation de la Table ronde de la communauté canadienne de géomatique (TRCCG) et a pour mandat de rehausser le profil et l’efficacité du secteur de la géomatique au Canada dans trois domaines principaux : l’identité sectorielle, l’éducation et l’accès aux données. Lorsqu’on lui a demandé pendant la période des questions comment le SIG historique pouvait s’insérer dans leur cadre, Caitlin a répondu par sa propre question : « Pensez-vous que la communauté SIG historique bénéficierait d’une population nationale qui avait une plus grande conscience de la valeur du SIG et de la géomatique et de la géographie en général? » (Le public a murmuré un accord général…) « Si vous avez participé à une conférence historique et que vous aviez dit : « Je fais du SIG historique », et que les gens disent « Oh, je sais ce que c’est, le SIG est efficace et vraiment utile… » ? Est-ce en train de se produire? GeoAlliance a comme approche que « la marée montante fait avancer tous les bateaux » et accueille tous les secteurs des SIG, mais nous devrons trouver comment travailler avec chaque secteur pour l’avantage de tous. Les diapositives de la présentation de Caitlin peuvent être consultées en suivant ce lien.

 

Dans l’après-midi, nous avons eu un certain nombre de présentations liées à la recherche et à l’enseignement du SIGH. Robert Sweeny a présenté son livre blanc donnant une perspective historique de l’évolution du SIGH au Canada en se référant plus particulièrement aux projets urbains en SIGH tels que « Montréal l’Avenir du Passé ». Geoffrey Cunfer a ensuite décrit ce qu’il a qualifié de l’histoire alternative du SIG historique au Canada… un autre chemin à travers l’histoire environnementale… » plus axé sur les projets SIGH en milieu rural. Des contrastes intéressants en effet! Par la suite, Marc St.-Hilaire, Josh MacFadyen, et Don Lafreniere avec Dan Trepal ont parlé de leurs expériences de recherche et d’enseignement ces dernières années. Encore une fois, plusieurs des diapositives des présentations sont disponibles (ainsi que le livre blanc de Robert qu’il vous invite à commenter) à partir du programme de la conférence.

Par la suite, la session sur la géovisualisation historique a mis en vedette quelques conférenciers invités ainsi qu’un brin de drame.

Nous avions au programme Jonathan Marino de Mapstory.org, un conférencier clé dans le cadre de cette session puisque Mapstory.org est un exemple fascinant d’un projet de géovisualisation « narrative » qui semblait bien subventionné, qui utilisait des outils de cartographies open source et qui a eu un impact significatif aux États-Unis il y a un an. Malgré tout, ils ont décidé de procéder à une refonte complète de leur interface utilisateur. Cela a entraîné une interruption de service de près d’un an et ils viennent tout juste de se relancer. Si ce n’était pas assez dramatique, Jonathan nous a écrit la journée avant notre conférence et nous a expliqué qu’il revenait d’Afrique et qu’il semblait avoir attrapé une souche virulente de la grippe ou peut-être même le paludisme. En tout cas, il n’était pas en état de voyager. Nous avons été très déçus et je me demandais s’il pourrait être ouvert à la présentation à distance. Avec l’aide du personnel technique de l’Université de Toronto et seulement quelques minutes avant l’heure prévue pour sa présentation, nous avons réussi à nous connecter avec lui avec ses diapositives et le son qui fonctionnait bien. Il a donc présenté à partir de Washington D.C. En dépit de la toux, Jonathan nous a esquissé un croquis intéressant de la genèse de Mapstory comme « L’atlas de changement que tout le monde peut éditer », un endroit pour stocker et partager des données géographiques et de construire des récits. Il semble que la raison principale de leur redémarrage ait été la nécessité de disposer d’outils d’édition de groupe plus sophistiqués- le besoin d’une fonctionnalité de type « Wikipedia » pour suivre les changements et pour stocker les données dans les couches de données « consensus ». Jonathan a pu entrer dans quelques détails de cette transformation, technique et politique, et répondre à certaines de nos questions. Les diapositives de la présentation de Jonathan peuvent être consultées en suivant ce lien.

Une approche différente de la géovisualisation en ligne, également unique, est Neptis Geoweb (www.neptisgeoweb.org/). La Fondation Neptis (www.neptis.org) est l’un de nos partenaires de projet et Marcy Burchfield, la directrice générale, a passé en revue l’évolution de cette plateforme de cartographie web conçue pour examiner la croissance urbaine sur une échelle régionale, principalement dans la région du Grand Toronto. Avec une interface sophistiquée, Neptis Geoweb propose des représentations personnalisées des problèmes de planification régionale (y compris le développement urbain historique), mais s’intéresse également à l’intégration de l’IGV ou « information géographique volontaire ». Ils ont essayé de faire cela en permettant aux gens de créer leurs propres « Histoires d’utilisateurs ». Toutefois, de la même façon que Mapstory, c’est ici qu’ils ont rencontré plusieurs défis. Nous espérons utiliser l’expérience du personnel de Neptis en travaillant à la conception de notre projet pilote de site pilote en cartographie web.

La journée s’est terminée par des réactions de certains participants puis une discussion sur « où allons-nous à partir de maintenant ». Une discussion approfondie sur les forces et les faiblesses du SIGH au Canada semblait cristalliser quelques principes importants du projet :

  • La mise à disposition de données SIGH, y compris les données historiques nationales de base, devrait être la priorité du projet afin d’être le plus ouvert possible à la communauté universitaire tout comme à la communauté non académique.
  • Les données ne doivent pas nécessairement être dans un référentiel central, mais les métadonnées et l’accessibilité doivent être bien construites et priorisées dans la conception du portail.
  • Nous avons besoin de partenaires institutionnels pour appuyer ces efforts, plutôt que le soutien éphémère des subventions. Les bibliothèques et toute institution qui a le mandat de préserver les données sont des alliés naturels.

Ces idées ont été rediscutées dans la réunion d’affaires du projet le jour suivant et les membres participants sont déterminés à en faire un succès. Nous vous tiendrons tous au courant et continuerons à recueillir vos commentaires pendant que nous poursuivons ces objectifs au cours de la prochaine année.

En prévision de la conférence de mi-parcours du 20 juin 2016

La conférence de mi-parcours du Projet de développement d’un partenariat canadien en SIG historique qui aura lieu le 20 juin prochain sera un jour important. Nous avons invité plusieurs intervenants dans le domaine — quelques collaborateurs du projet et des personnes externes — pour échanger sur leurs projets et sur leur rapport aux données et à la cartographie SIG historique au Canada. À titre d’exemple, Marcy Burchfield de la fondation Neptis (neptis.org) nous présentera comment leur recherche sur la croissance urbaine et la planification des villes à travers le Canada tire profit de l’intégration de données historiques sur l’utilisation des sols et le développement, ainsi que leur expérience visant à amener le public à interagir avec la cartographie en ligne. Geoffrey Cunfer est le directeur du Historical GIS Laboratory de l’Université de la Saskatchewan (www.hgis.usask.ca). Il nous offrira un aperçu de la contribution de cette organisation reconnue à la recherche historique sur l’environnement des plaines de l’Amérique du Nord, de même que plusieurs autres projets en SIG historique internationaux. Caitlin Blundell est directrice des communications à GeoAlliance Canada ( geoalliance.ca) et partagera les résultats de sa rencontre « Regards vers le futur » à Calgary en mars dernier. Elle discutera des stratégies de  GeoAlliance Canada pour appuyer la communauté géomatique et géospatiale au cours des prochaines années. Quelle place prendra les SIG historiques dans cette initiative de communauté géo plus large?Jonathan Marino nous vient de Mapstory.org pour présenter les origines du projet « L’atlas du changement que tout le monde peut éditer » et certains des accomplissements et des défis de leur parcours.

Nous prévoyons aussi recevoir des représentants, sur place ou à distance, de Statistiques Canada et du CRSH, de bibliothèques et d’universités à travers le pays et, nous espérons, plusieurs amateurs d’histoire. Si vous pouvez vous rendre à Toronto, veuillez vous inscrire pour vous joindre à nous à l’angle des rues St-George et Bloor (voir le Programme pour les détails). Si vous ne pouvez pas être parmi nous en personne, nous vous accueillerons en ligne, les détails de la connexion sont à venir.

Byron Moldofsky
Gestionnaire de projet
Partenariat canadien en systèmes d’information géographiques historiques

Un sondage d´utilisateur : cartographie Web pour les SIG historique au Canada

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, le projet de
développement d’un Partenariat canadien en SIG historiques est en
cours afin de développer des ressources pour mener des recherches
historiques au Canada en utilisant les SIG (Systèmes d’information
géographique) et d’autres méthodes et pour explorer les moyens de
publier les résultats de ces recherches. La méthode la plus répandue
est la cartographie web. Cependant, il existe différentes approches,
conceptions graphiques et solutions logicielles qui sont utilisées.
Nous menons un sondage pour enquêter sur les tendances actuelles et
émergentes dans l´utilisation de ces technologies et pour évaluer les
expériences, les besoins et les désirs des utilisateurs.

Le sondage devrait prendre 10 à 20 minutes de votre temps, selon le
nombre de questions auxquelles vous choisissez de répondre. Il
apportera une contribution précieuse pour aider à diriger les efforts
du projet. Pour en savoir plus, visitez notre site Internet :

http://geohist.ca/fr/invitation-a-un-sondage/

Merci de considérer remplir le questionnaire
Marcel Fortin, responsable principal
Byron Moldofsky, gestionnaire de projet
Partenariat canadien en SIG historiques

Rencontre initiale de planification stratégique du partenariat canadien SIGH

Le 20 août 2015, la rencontre initiale de planification stratégique du partenariat canadien en SIGH a eu lieu au Département de Géographie et d’Aménagement de l’Université de Toronto. Il s’agissait de notre première rencontre en personne, ce qui nous a permis de résoudre quelques-uns des enjeux qui sont associés à la transposition d’une proposition en un projet réel.

Continuer la lecture de Rencontre initiale de planification stratégique du partenariat canadien SIGH